Extrait : Saisie en référé par plusieurs associations et requérants individuels, la plus haute juridiction administrative a estimé dans une ordonnance que cette interdiction portait « une atteinte grave et manifestement illégale » à la liberté de culte. Elle enjoint le gouvernement de la lever « dans un délai de huit jours »