Le temps qui a précédé Pâques et qui coïncidait avec le « début » du confinement fut spirituellement riche … beaucoup de sollicitations pour découvrir KTO, le site du Vatican, mais aussi des initiatives concrètes comme les lumières de l’Annonciation, la banderole des rameaux ou de Pâques, les cloches … des occasions de se sentir ensemble et aussi de vivre ces étapes liturgiques d’une façon inédite.

Moi, toute seule, je n’y arrive pas … pas de possibilité de prière collective dans la maisonnée (sauf la messe devant l’écran le dimanche avec mon fils) … quand je parviens à me motiver pour le chapelet de 15h30, je ferme les portes et je m’isole, j’ai l’impression de déranger et il m’est quand même difficile de me sentir en communion de prière … alors je m’active sur le blog, ou sur whatsapp avec la eSingingFrat, j’organise des rencontres virtuelles d’aumônerie, … car j’ai besoin de sentir que j’appartiens à une communauté bien vivante, une communauté qui ne subit pas la situation mais la vit pleinement. J’aime découvrir les témoignages de foi, partager les idées de chacun pour vivre ce moment ou envisager le futur, contempler les gestes de solidarité tout simples qui se vivent (ou ne peuvent plus se vivre) … et en remercier le Seigneur.

Ce qui me manque le plus ? J’espère que ce n’est pas choquant de l’écrire … ce n’est pas de ne pas communier … c’est de ne plus être au milieu de vous tous : après tout, nous sommes le corps du Christ !
Marine