Témoignage d’une paroissiene, en réaction à l‘article de Claire 

L’annonce de la période de confinement et d’interdiction de se réunir en assemblée dominicale m’a fait ressentir qu’on nous condamnait à être privé de notre paroisse. Je suis d’accord avec Claire que c’est l’occasion de se recentrer à l’intérieur de soi.
Mais grâce aux groupes whatsapp de la paroisse, aux connexions internet, à l’initiative de nos prêtres pour diffuser la messe en direct, notre E-singing’frat, nous vivons des dimanches autrement et surtout ensemble. Comme c’est beau de se sentir unis avec tous les chrétiens du monde face à l’adversité dans la prière. Chaque année nous apprenons un peu plus dans le carême et en ces temps de pandémie, la tristesse de ne pas communier est remplacée par la découverte de la communion spirituelle.
De plus lors de la retransmission de la messe des Rameaux sur internet en direct de la Cathédrale Saint-Etienne avec Monseigneur Le Gall, j’ai chanté l’Anima Christi devant mon écran. J’ai été bouleversée par le fait que je ne pouvais pas communier mais je ressentais tout de même les bienfaits du Corpus Christi : sauve-moi, sanctifie-moi, eau du coté du Christ lave-moi, fait que je ne sois jamais séparé de toi. Un moment hors du temps ! Cela m’a aidée à mieux comprendre le mystère de la communion.
Par le biais de cet écran également, la messe est entrée dans mon foyer ainsi que la parole du Seigneur, car mes enfants ne vont pas très souvent à la messe.
Heureusement que nous avons la newsletter des confinés cathos du sud ouest, le rire avec certaines vidéos, le bonheur de se parler lors des conférences téléphoniques et de se voir en visio. Merci aux moyens numériques qui nous permettent de rester reliés entre nous et à tous ceux qui les utilisent. Sinon pour tout vous avouer, je serais en mode « dépression.com « comme disent les ados. 🙂
Evelyne