Bienheureux ceux qui savent rire d’eux-mêmes, ils n’ont pas fini de s’amuser.

Bienheureux ceux qui savent distinguer une montagne d’une taupinière, il leur sera épargné bien du tracas.

Bienheureux ceux qui sont capables de se reposer et de dormir sans se chercher d’excuses, ils deviendront sages.

Bienheureux ceux qui sont assez intelligents pour ne pas se prendre au sérieux, ils seront appréciés de leur entourage.

Heureux êtes-vous si vous savez regarder sérieusement les petites choses et paisiblement les choses sérieuses, vous irez loin dans la vie.

Heureux êtes-vous si vous savez admirer un sourire et oublier une grimace, votre route sera toujours ensoleillée.

Heureux êtes-vous si vous êtes capables de toujours interpréter avec bienveillance les attitudes d’autrui même si les apparences sont contraires, vous passerez pour des naïfs mais la charité est à ce prix.

Bienheureux ceux qui pensent avant d’agir et qui prient avant de penser, ils éviteront bien des bêtises.

Heureux êtes-vous si vous savez vous taire et sourire même lorsqu’on vous contredit ou qu’on vous marche sur les pieds, l’Evangile commence à pénétrer votre cœur.

Bienheureux serez-vous, vous  qui savez reconnaître le Seigneur en tous ceux que vous rencontrez, vous avez trouvé la Vraie Lumière, vous avez trouvé la Véritable Sagesse.

   Le Père Joseph Folliet (début du 20ième siècle) fut un militant catholique, un écrivain, un sociologie et a participé à la fondation des Compagnons de Saint François d’Assises.