Le confinement pour l’équipe de la pastorale des funérailles,
Pour le dire simplement, le confinement a arrêté toute activité de l’équipe. (A l’exception de Nicole, contact téléphonique des Pompes Funèbres lorsqu’ils ne peuvent joindre directement un prêtre, et interface avec le père John). Arrêter les activités de notre équipe, qu’est-ce que cela veut dire ? Il faut rappeler en quoi consiste ce service de la pastorale des funérailles. Il peut se résumer d’abord par ses trois objectifs essentiels : d’une part soulager la lourde charge de service des prêtres ; d’autre part représenter auprès des familles la communauté paroissiale, et enfin témoigner de notre espérance dans la résurrection. 
Que faisons-nous ? 
Dès que nous avons un téléphone de contact, nous invitons les membres de la famille disponibles à nous rencontrer. Dans l’idéal, cette rencontre se fait avec deux membres de l’équipe, mais nous ne sommes pas toujours assez disponibles pour satisfaire à cette possibilité, et c’est souvent une seule personne qui rencontre la famille. Lors de la rencontre, nous écoutons la famille qui nous parle du défunt et des circonstances de son décès, puis nous précisons le sens et le déroulement de la cérémonie, pour laquelle nous invitons les proches à s’investir le plus possible : mot d’accueil, choix des lectures, choix des intentions de la prière universelle, choix des musiques. A la fin de la rencontre nous proposons à la famille, si elle le souhaite, de réciter ensemble une prière. Ces échanges sont en général appréciés des familles. C’est un moment de respiration au milieu de la multitude des soucis et des peines qui accompagnent le temps d’un décès. Mais c’est aussi un temps d’enrichissement pour les membres de l’équipe, c’est une grâce qui nous est accordée et il n’est pas rare, lorsque la famille nous remercie, que nous la remercions à notre tour.
Le deuxième temps de notre intervention est la cérémonie elle-même : A ce moment-là nous sommes deux ou trois pour représenter la communauté paroissiale et s’associer par la prière à la démarche des familles : trois lorsqu’un prêtre préside la cérémonie. Dans ce cas nous lui avons fait parvenir un compte-rendu de notre échange avec les familles, car il est très important qu’il sache devant qui il officie.  Les deux membres présents de l’équipe s’occupent de la logistique : sacristie, préparation du cierge pascal, de l’eau bénite, de l’encens, mise en place de la sono, du lecteur de cd pour la musique, des paniers pour les offrandes, du chauffage, etc… Également nous pouvons intervenir pour les lectures ou pour les chants. Enfin, sauf s’il y a crémation, nous accompagnons la famille au cimetière pour une prière au moment de l’inhumation. Il peut se faire que lorsqu’aucun prêtre n’est disponible, un des membres de l’équipe qui a été formé pour cela préside la cérémonie.
Il fallait rappeler tout cela pour comprendre en quoi le confinement nous a privés de cette grâce que nous accordait cet investissement dans ce service d’église. Ce sont les prêtres, John et Jean Baptiste qui ont pris en charge la totalité de cette préparation, sur deux églises ouvertes : L’Union et St Jean, avec les exigences sanitaires du moment : préparation par téléphone, désinfection des locaux, assistance limitée à 20 personnes maximum, et parfois cérémonie en présence d’une urne funéraire, ou directement au cimetière.  Nous leur en sommes reconnaissants et avec nous toute la communauté paroissiale. C’est d’eux que nous attendons maintenant un témoignage sur la façon dont ils ont vécu l’épreuve du confinement.